Joël Pommerat : Marius

juil. 2014
déc. 2017
Joël Pommerat, "Marius"
Joël Pommerat, "Marius" © Christophe Loiseau
Joël Pommerat, "Marius"
Joël Pommerat, "Marius" © Christophe Loiseau
Joël Pommerat, "Marius"
Joël Pommerat, "Marius" © Christophe Loiseau
De septembre 2014 à décembre 2017, le metteur en scène Joël Pommerat a mené des ateliers de création théâtrale avec un groupe de détenus de la maison centrale d’Arles. Après avoir travaillé en improvisation plusieurs scènes de William Shakespeare et de Marcel Pagnol, ils ont choisi ce dernier afin de réaliser une adaptation libre, mais fidèle, de Marius. “Adapter” signifie alors réécrire les mots dans un contexte contemporain ; se nourrir de la sensibilité des participants, mais sans trahir l’intention première de l’œuvre.

À travers ce projet, l’objectif était de faire participer un groupe de détenus à un véritable processus de création, dans ses différents aspects artistiques et techniques. Les participants ont donc dû apprendre leur texte, le répéter sous la conduite d’un metteur en scène professionnel, avant de le jouer dans les conditions techniques d’un spectacle. Joël Pommerat a aussi partagé avec les comédiens certains films et certaines lectures, dans le but d’élargir leur perception de l’intrigue et, ainsi, de trouver le ton juste.

La pièce, qui se déroule à Marseille, traite du voyage, du lien familial et du désir amoureux. Des thématiques qui doivent résonner de manière singulière chez des hommes privés de leur liberté de mouvement. Dès lors, comment, à travers cette histoire, leur permettre de donner de l’ampleur et de la force à leurs propres désirs ? Car nous le comprenons, cette expérience de théâtre est aussi une expérience de vie. Il s’agit de réaliser, ensemble, une œuvre qui dépasse chacun individuellement. De présenter le fruit de leur travail à leurs proches, à leurs codétenus ainsi qu’au personnel de l’établissement. De mêler, enfin, le courage, l’exigence et la joie, pour un résultat qui, de l’aveu des acteurs, est allé au-delà de leurs espérances. Et un détenu de témoigner : “Ce que j’ai préféré dans ce projet, c’est de sentir ce que vous, le public, vous pouviez nous donner.”

Réussie, l’initiative apparaît profondément liée aux recherches et à la pratique de Joël Pommerat et de Caroline Guiela Nguyen, qui a également collaboré au projet. Les deux artistes aiment ainsi tisser la fiction à partir d’univers concrets, très proches du ”réel”. Le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès s’inscrit dans le cadre de son engagement en faveur de formes artistiques porteuses d’une parole citoyenne, qui placent le spectateur dans un rapport nouveau vis-à-vis de l’œuvre.

Lieu
Maison centrale d’Arles
Arles
France
Joël Pommerat et Caroline Guiela Nguyen ont animé des ateliers de création théâtrale avec un groupe de détenus de la maison centrale d’Arles.
À travers ce projet, l’objectif était de faire participer un groupe de détenus à un véritable processus de création, dans ses différents aspects artistiques et techniques.
Soutenir ce projet s’inscrit dans l’engagement de la Fondation en faveur de formes artistiques porteuses d’une parole citoyenne.