Rachid Ouramdane, "Franchir la nuit"

15 déc.
21 déc. 2018
Franchir la nuit
Rachid Ouramdane, "Franchir la nuit" © Patrick Imbert
Franchir la nuit
Rachid Ouramdane, "Franchir la nuit" © Patrick Imbert
Dans le cadre de son programme Artistes dans la Cité, la Fondation apporte son soutien au spectacle "Franchir la nuit" de Rachid Ouramdane. Le chorégraphe s’empare une nouvelle fois du thème de l’exil pour composer une œuvre forte autour de l’enfance brisée par l’errance. Il y a de l’eau sur scène et des mémoires pleines de paysages. Au gré des vagues et des déplacements des interprètes, l’horizon se renouvelle et le plateau file la métaphore de lieux de transition et de passage qui sont bien souvent des lieux de mort.

Le déracinement, l’ailleurs géographique et mental sont des thèmes chers à Rachid Ouramdane, qui s’est souvent confronté au sujet de l’exil et de la migration dans ses créations. De Superstars à Sfumato, autant de manières de révéler des territoires aux spectateurs, de faire vibrer sur scène l’imaginaire de ceux qui ont connu puis quitté un lieu. Pour Franchir la nuit, le chorégraphe s’attache à la figure des enfants migrants qui, très jeunes, doivent partir loin de chez eux et sont confrontés à l’espoir et à la désillusion.

Après le déplacement géographique s’ensuit celui de la pensée. Dès lors, comment rendre compte de l’exil intérieur et des souvenirs de pays lointains qui affleurent ? Lors de la création, Rachid Ouramdane a travaillé en amont avec des enfants en exil, dont il a écouté les récits et tenté d’en restituer poétiquement l’écho. Dans chaque ville où Franchir la nuit se joue, un travail de transmission de la matière chorégraphique est effectué avec des enfants de la région, et rencontre leur histoire propre. Ces enfants se partagent l’espace du plateau, transformé en parterre d’eau, avec six danseurs professionnels.

Pour Rachid Ouramdane, aborder l’exil revient également à révéler le lien qu’un corps entretient avec un lieu et un espace. La chorégraphie, la scénographie et le travail du vidéaste Mehdi Meddaci laissent deviner des paysages, tandis que la musicienne Deborah Lennie-Bisson enveloppe le spectacle d’une bande son variée alternant l’interprétation de ses propres compositions, de chants locaux et de hits internationaux.

Lieu
Chaillot - Théâtre national de la Danse
Paris
France
La Fondation soutient la création de "Franchir la nuit" de Rachid Ouramdane dans le cadre du programme Artistes dans la Cité.
Le chorégraphe s’empare du thème de l’exil pour composer une œuvre forte autour de l’enfance brisée par l’errance.
Enfants et danseurs professionnels se partagent l’espace du plateau transformé en parterre d’eau.

Informations

Dates des représentations

Rachid Ouramdane, Franchir la nuit à Chaillot–Théâtre national de la Danse,
du 15/12/2018 au 21/12/2018.